Partagez
Aller en bas
Messages : 2
Date d'inscription : 12/12/2018
Age : 32
Localisation : Nancy
Voir le profil de l'utilisateur

Nouveau venu lorrain... "HP", voire "A-HP" ?

le Mer 12 Déc - 0:33
Bonjour,

Je suis un adulte de 32 ans, originaire du département de la Meuse.

Ma présentation risque d'être un peu compliquée, et je me pose beaucoup de questions sur l'ensemble de mes "caractéristiques" propres.

Ce qui est sûr, c'est qu'au terme d'un long calvaire d'errance diagnostique et médicale étalé sur dix à douze ans, je viens d'être assurément identifié comme "adulte à haut potentiel", en Belgique, au mois d'avril dernier.

Depuis cette date, je n'ai cessé d'approfondir cette connaissance de mon profil de "zèbre" (et de ses comorbidités éventuelles, en ce qui me concerne), par des lectures, rencontres, et aussi un suivi auprès d'une des spécialistes françaises (le Dr. Perrine Vandamme, à Versailles).

Alors, déjà, une question me taraude, d'après mes recherches déjà nombreuses : peut-on "apparenter" le HPI aux troubles du spectre autistique ? Il semblerait qu'aujourd'hui, les externes en médecine commencent à apprendre quelques petites choses sur le sujet, sous cette forme-là (c'est du vécu et du vérifié).

Hmmm, que dire ? En tout cas, je comprends parfaitement que ce soit sujet à débat ! Ne me tombez pas dessus, de grâce : je n'affirme rien, je (me) pose des questions !

De toute façon, même si la réponse à cette question est négative, ma place sur ce forum resterait peut-être justifiée - car plusieurs thérapeutes, aujourd'hui (psychologues, notamment), sont frappés par l'existence de certains "traits autistiques" chez moi.

On me reparle de l'autisme Asperger, sachant que j'avais au moins déjà eu des diagnostics du type (selon la classification médicale) "F 84.8", soit "Autres troubles envahissants du développement".

Alors, qu'en est-il ? Je vais pouvoir reposer la question à un spécialiste de Nancy, en février 2019.
Je rencontre aussi des Aspies, avec qui je me sens finalement assez proches.

Mais, grands dieux ! Est-ce seulement possible de découvrir un tel profil à l'âge adulte ???

Ce que je peux dire, en toute honnêteté, de mon histoire de vie... et sans entrer trop dans des détails intimes : il y a une forte dissynchronie intellect / affectif chez moi, avec des comportements qui existent depuis toujours et qui semblent assez archaïques. Ils ne sont pas "revenus" plus tard, ils ont toujours existé.

J'ai beaucoup de mal avec le relationnel, et plus encore avec l'affectif (qui représente un grand mystère pour moi). Je commence seulement à m'intéresser à ces dimensions-là de la vie, moi qui enfant / adolescent et jeune adulte, préférais m'adonner sans limites à mes passions intellectuelles (l'histoire).

Naïveté ; difficulté moins à reconnaître les émotions des autres qu'à reconnaître et nommer les miennes propres ; incompréhension face aux termes "feeling", "moments à vivre", "ambiance"... ; difficultés à entrer en relation avec les autres (ah, je préfère la plongée !... au moins la communication sous l'eau, plus limitée, est plus facile pour moi !)...

Tout ceci pourrait être évocateur, et d'autres choses encore. Cela m'a fait et me fait assez souffrir, tout de même.

Alors, voilà : je sais qu'il faut se méfier comme de la peste des "auto-diagnostics" ; et que ce n'est pas ce que je dois venir chercher ici ! Avec rigueur, je vais essayer d'affiner, de creuser cette question d'une éventuelle combinaison de type "A-HP" (haut potentiel & Aspie en même temps !)... qui signerait peut-être mon originalité toute personnelle.

Néanmoins, ma présence ici ne relève pas non plus complètement du hasard... Comme je l'ai indiqué plus haut, des suspicions existent depuis fort longtemps, voire des diagnostics un peu "atypiques" (sur une catégorie, l'autisme, qui est déjà une neuro-atypie en soi !). J'en ai cité un plus haut, mais il faudrait encore parler de mon appartenance à la "zone grise" de l'échelle AQ (comprise entre 26 et 31... pour ceux qui connaissent).

Donc, je me dis que je n'ai rien à perdre à m'inscrire sur ce forum et à me prêter au jeu des échanges et du dialogue avec les autres. N'hésitez pas à "éclairer ma lanterne", ou à me contacter en MP : je serai ravi de faire connaissance avec les uns ou les autres !

Même s'il y avait un doute sur mes "traits autistiques", je suis certain qu'il n'est pas question de sectarisme ici... et que tout le monde sait que les TSA désignent, comme on dit aujourd'hui, un "continuum"... qui rejoint la normalité dans ses limites les plus extrêmes !

Voilà pour ma présentation, qui lancera peut-être un débat d'ailleurs !  Smile
Messages : 65
Date d'inscription : 08/01/2018
Age : 65
Localisation : languedoc
Voir le profil de l'utilisateur

Nouveau venu lorrain... "HP", voire "A-HP" ?

le Jeu 13 Déc - 18:47


Bonjour Arnaud,

Je ne suis pas ASPIE, je suis un AHN, et personne n’a fait à ce jour la démarche de me virer de ce forum, malgré quelques impertinences, quelques glissades (dérapages), c’est dire, si ce forum n’est pas sectaire. Tu devrais sans problèmes y faire ta place.

Je te souhaite d’y faire les rencontres conformes à tes ‘’Aspie-rations’’. (J’ai bien aimé)

Pour répondre à ton souhait et te permettre de te : ’’ prêter au jeu des échanges et du dialogue avec les autres’’, je te prie d’entrevoir ci-après le faible faisceau de ma pauvre lanterne.

Concernant les diagnostics, tu écris : : « je sais qu'il faut se méfier comme de la peste des "auto-diagnostics" » (certes ; mais tout le monde ne souffre pas du Syndrome de Münchhausen par Internet)

Donc, je rajouterai : « et se méfier comme du choléra, du diagnostic fait par un professionnel, non confirmé par un autre professionnel. »

Le mois dernier, j’avais un problème de tenue de route de ma voiture.
- Euro-pneus m’a dit qu’il fallait changer les 4 pneus
- Feu-vert m’a dit qu’il fallait changer les amortisseurs
- Audi m’a dit qu’il fallait changer de voiture.
- A la station service ou je fais le plein, ils m’ont refait la pression des pneus. Depuis ça fonctionne normalement.

A une époque, où tout le monde ‘’tient boutique’’ et a besoin de vendre sa soupe, le premier expert à qui on doit faire appel, c’est un ‘’constatant’’, c'est-à-dire au ‘’patient’’ lui-même qui doit décrire honnêtement son histoire, sa vie, ses caractéristiques propres.

1°) Tu dis : « je me pose beaucoup de questions sur l'ensemble de mes "caractéristiques" propres. » …
- Bonne route !!! t’es sur la bonne voie.

2°) Tu dis : Alors, déjà, une question me taraude, d'après mes recherches déjà nombreuses : peut-on "apparenter" le HPI aux troubles du spectre autistique ?
Le terme apparenté me gêne : « HPI » et « TSA » ont un point commun : La capacité du raisonnement logique (quasiment cartésien) avec le bémol suivant ;

- Pour le HPI, c’est souvent un argumentaire qui s’inscrit dans ses relations sociales, pour faire valoir la valeur et la justesse de sa pensée.

- Pour le TSA ou le TED, c’est l’unique manière de penser. N’ayant pas d’alternative, il court le risque de se heurter à des modes d’expression et de pensée découlant des émotions et des sentiments.
Dans les années 68, notre apparence ‘’unisexe’’ (cheveux longs, pantalons moulants etc), servait de prétexte à nous ‘’apparenter’’ à des homos.

3°) Tu dis : « Mais, grands dieux ! Est-ce seulement possible de découvrir un tel profil à l'âge adulte ??? »

a) Tu n’imagines pas, ce qu’on peut découvrir. « ON » , c’est qui ? les psychiatres, les professeurs en psychiatrie et en médecine CHU et CHR. Il est ‘’amusant’’ d’entendre deux professeurs dire : Il va falloir faire une publication pour modifier les textes existants’’. … Et depuis, les textes n’ont pas changés.

b) J’ai été diagnostiqué à l’âge de 8 ans, à une époque où il n’y avait pas internet. Je n’ai donc fait de recherche, et je n’ai eu de discussion que sur les troubles TED qui me gênaient. Je n’ai jamais perçu les TED qui ne me gênaient pas comme des TED, et comme personne ne m’en a informé, j’ai, par exemple, cru jusqu’à l’âge de 50 ans, qu’aucun homme n’avait de sentiment. , Je croyais, très honnêtement que seules, les femmes pouvaient en avoir. Je croyais que les hommes qui prétendaient en avoir, étaient des simulateurs.

c) J’ai fait un jour une chute du 2ème étage d’un immeuble. J’ai fait le ‘’poirier’’. Je suis tombé sur les mains. Les bras ont pliés un peu, et la tête a cogné. Je me suis relevé. J’ai constaté, une espèce d’excroissance à mon coude gauche. Je me suis dit : je me suis déboité, le coude et je suis parti en voiture à la recherche d’un rebouteux. Celui-ci m’a fait une ‘’réduction’’ et m’a informé que j’avais une fracture nette du cubitus, et qu’il fallait que j’aille à l’hosto.

Le lendemain, j’ai appelé, le CHU, où personne ne voulait croire mon histoire.
Une fois arrivé aux urgences, du CHU, il y a eu un certain affolement. 11 fractures aux deux bras. 4 autres fractures, et 2 vertèbres fracturées. N’acceptant pas la totalité des plâtres, qui m’avaient rendu totalement handicapé (impossibilité de manger, de boire, d’aller au toilettes, etc etc) je me suis fait enlever une partie des plâtres par un ami (menuisier), pour retrouver une certaine mobilité. J’ai affirmé pendant de longues années et je le croyais que les fractures, ce n’était pas douloureux.

Depuis, je sais….. Je subis les interventions chirurgicales sans anesthésie d’aucune sorte, ni totale, ni locale. Je m’amuse beaucoup lorsque je raconte la réaction des infirmières et les dialogues avec les chirurgiens…. C’est d’un comique quelquefois….par exemple, un jour, en salle ‘’d’op’’ un chirurgien m’a dit : vous me direz, si je vous fais mal.
Je lui ai répondu : Mais vous me faites mal.
Et lui : Non !! je n’ai pas commencé !!

Moi : Docteur, avec votre jambe, vous êtes en appui sur mon épaule, et vous devez faire au moins 80 kg.
… Léger fou rire, dans la salle d’opération…. Voilà….. voilà.

Je ne dis pas que je ne ressens pas la douleur ; quand, ils coupent avec le scalpel, ça me fait quelque chose ; J’entends (mais pas avec les oreilles) le bruit de la chair qui est coupée. Certains de ces bruits me dérangent plus que d’autres. Alors à leur question : sur une échelle de 1 à 10, à combien estimez vous votre douleur ?? Qu’est ce que je peux répondre ???

Pour les sentiments, c’est pareil : Je ne dis pas que je n’en ai pas…. Je ne sais pas ce que c’est comme les NT l’entendent.

N’étant pas ASPIE moi-même, (diagnostiqué TED et précoce), « précocité et QI » confirmés par (et) adhésion à MENSA à l’âge adulte, je ne suis qu’un autiste de haut niveau, sans émotion, sans empathie et sans sentiment, je suis dans l’incapacité d’émettre un avis sur ton diagnostic.


d) Tu dis : « J'ai beaucoup de mal avec le relationnel, et plus encore avec l'affectif (qui représente un grand mystère pour moi). Je commence seulement à m'intéresser à ces dimensions-là de la vie, moi qui enfant / adolescent et jeune adulte, préférais m'adonner sans limites à mes passions intellectuelles (l'histoire). »


J’ai eu comme toi un intérêt restreint pour l’histoire. Dans mon cas, il s’agit d’un problème précis et particulier concernant une page de l’histoire médiévale. Je reste ouvert à un possible échange dans le domaine.


Bon ... c'est assez long pour aujourd'hui.... C'était ma manière de te dire que j'ai trouvé ta présentation interessante


Amitié "autistique"

Max
Messages : 16
Date d'inscription : 25/08/2016
Localisation : vendée
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Nouveau venu lorrain... "HP", voire "A-HP" ?

le Ven 18 Jan - 15:51
Salut

Déjà une réponse à ça

" creuser cette question d'une éventuelle combinaison de type "A-HP" (haut potentiel & Aspie en même temps !)... qui signerait peut-être mon originalité toute personnelle. "

J'ai lu à plusieurs endroit que beaucoup d'Aspie sont HP genre 50%
Contenu sponsorisé

Re: Nouveau venu lorrain... "HP", voire "A-HP" ?

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum