Partagez
Aller en bas
Messages : 1
Date d'inscription : 19/07/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Déni et rejet

le Jeu 19 Juil - 16:27
Bonjour,

Mon fils est Asperger Précoce, diagnostic posé en 5éme.

Il a 18 ans, a sauté une classe et est actuellement à la Fac. Excellent me dit le psychiatre. J’ Arrêté de travailler lorsqu’il est entré en 6eme pour l’aiser... des années de suivi, de traitement, d’allers et retours divers. Je suis tellement fière de lui..,

Mais lui me déteste, il me reproche les médecins, les médicaments, j’ gâché ça vie... me dit-il.

Il refuse maintenant de voir des médecins, il est ingérable et je ne sais plus quoi faire.

Le psy trouve sont évolution formidable et me dit que c’´est grâce à moi, qu’il faut qu’il continue le suivi mais qu’il doit venir de lui même car à 18 ans je ne peux pas l’obliger et qu’aucune ordonnance ne peut être délivrée sans sa présence.

Je veux juste que mon fils soit bien dans sa peau et heureux, l’un ou l’un d’entre vous a t’il vécu cela avec son enfant ?

Isabelle
Messages : 60
Date d'inscription : 08/01/2018
Age : 65
Localisation : languedoc
Voir le profil de l'utilisateur

deni et rejet suite

le Ven 3 Aoû - 1:05
Bonsoir Madame Zabou

Il faut espérer que l'absence de réponse à votre appel s'explique par la période de vacances et qu'il existe bien une solidarité ''NT''.

Contrairement à votre fils, et certainement à cause de mon grand âge, je contrôle mieux mon agressivité verbale, même si sur le fond, je peux partager sa position.

Je vous prie, à titre d'exemple de trouver ci après, le courrier que j'ai adressé (il n'y a pas très longtemps) à la suite d'une réunion, et dans lequel je voulais rappeler le fossé, le gouffre qui sépare le monde des autistes, de celui des professionnels qui prétendent nous connaître et nous aider.

La voici ''in extenso''


Bonjour,
J’ai assisté le mardi 26 juin 2018, de 18h00 à 19h30 à la Soirée débat "Autisme : adultes Asperger", que vous avez organisé à ‘’La Gazette Café’’ - 6 rue Levat à Montpellier

‘’Imaginant que cette soirée allait être une opportunité offerte à des autistes adultes pour s’exprimer et dire leur autisme voire leur particularité, leur spécificité, leur souffrance et leur difficulté, j’avais préparé en guise de présentation la lecture de « L’Albatros »

Souvent, pour s’amuser, les hommes d’équipage
Prennent des albatros, vastes oiseaux des mers,
Qui suivent, indolents compagnons de voyage,
Le navire glissant sur les gouffres amers.

À peine les ont-ils déposés sur les planches,
Que ces rois de l'azur, maladroits et honteux,
Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches
Comme des avirons traîner à côté d'eux.

Ce voyageur ailé, comme il est gauche et veule !
Lui, naguère si beau, qu'il est comique et laid !
L'un agace son bec avec un brûle-gueule,
L'autre mime, en boitant, l'infirme qui volait !

Le Poète est semblable au prince des nuées
Qui hante la tempête et se rit de l'archer ;
Exilé sur le sol au milieu des huées,
Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.

Et de poursuivre
Tel un albatros,
Ce voyageur autiste, comme il est gauche et veule ! , qu'il est comique et laid !

Et il reste semblable au prince des nuées Exilé sur le sol au milieu des NT,
Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.
Ses ailes de géants ??? L’autiste les a dans sa tête… Il ne sait, ni ce qu’elles sont, ni à quoi elles peuvent servir…… Les NT qu’ils soient Psy ou médecins non plus….
Dès lors, me direz-vous, qui se chargera de nous aider à parvenir à nous réaliser pleinement, à devenir ce que nous sommes?

Mon propos, ce soir là n’aurait pas été de remettre en cause l’action des associations et autres organismes qui aident les familles, et les jeunes autistes ;

Mon propos, au travers de trois exemples concrets, se serait voulu être une note d’espoir pour les autistes adultes, et une voie de recherche pour chacun et dans chacun d’entre nous avec le but de trouver le particularisme caché dont la découverte serait une libération propice à un épanouissement, et par voie de conséquence à une meilleure sociabilité.

Oui !!! Une meilleure intégration sociale. Car il faut bien reconnaître que le manque d’adaptation sociale que l’on nous reproche, n’est pas obligatoirement et exclusivement de notre fait. En effet, plus votre particularité, plus votre différence sera d’un intérêt pour ‘la société des nt’’, plus votre intégration sociale sera facile. Ce que l’on appelait caprice quand vous étiez enfant, s’appellera désormais force de caractère, trait de personnalité marquant… on ne dira plus de vous que vous êtes caractériel, mais que vous êtes un homme haut en couleur.

C’est pour ça que j’invite tous les autistes à rechercher et apprendre individuellement ce qu’est leur différence (à chacun la sienne), à la canaliser, à la sociabiliser, à en faire un atout dont on doit être fier et non handicap qu’on doit mettre sous l’éteignoir.

Pour ma part, ce qui fut un handicap dans ma jeunesse, fut ma force dans ma vie active, et est redevenu un handicap avec l’âge de la retraite. En parallèle à cette affirmation, je constate que Les TED qui avaient disparu durant ma période d’activité, sont à nouveau présents. (‘’Des fleurs pour Algernon’’)

Ce qui précède était mon intention d’intervention ; Je ne peux m’en prendre qu’à moi-même d’en être resté au stade de l’intention. J’ai le ‘’sentiment’’ (c’est une boutade, je ne sais pas ce qu’est un sentiment), que parmi les gens du fond de la salle où je me trouvais, certains ont manifesté ce qui semblait être une lassitude, une contrariété à ne pas trouver le moyen de s’exprimer.

A mes cotés par exemple, un monsieur d’environ 35 à 40 ans, a commencé vers 19h à dodeliner de la tête et de tout le corps, et à exprimer une réaction de désaccords plus particulièrement lors des prises de paroles du psychiatre. Son entourage semblait partager l’avis que les dites ‘’prises de paroles’’ se faisaient au détriment des leurs.
Une dame, qui pouvait et devait sa maman, a passé le reste du temps (à partir de 19h15) à lui essuyer le visage et lui masser les tempes.

Nos positionnements dans la salle ayant été diamétralement opposés, notre vision de ce que fut cette soirée ne pouvait pas, de fait, être identique ; Ce pourquoi, je suis certain que par bienveillance, vous m’accorderez de ne pas m’exprimer sur un ressenti, qui, s’il est réel, reste quand même non justifié.

Je vous remercie, de m’avoir accordé de votre temps, et espère pouvoir à l’avenir participer à une rencontre.
Très cordialement

Maxime Lacaze
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum