Rechercher
Résultats par :
Recherche avancée

Partagez
Aller en bas
Messages : 3
Date d'inscription : 26/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Bonjour bonjour

le Mar 12 Juin - 13:02
Bonjour
J'ai 30 ans en début de diagnostic au CRA pour tsa depuis avril. J'attends patiemment la suite.
Je suis en couple et mère d'un enfant de 7 ans dans quelques jours.
Celui ci a toujours suscité une "inquiétude" aux soignants et à l'école sur un possible HP et puis sur un possible trouble autistique asperger.
L'école (petite école rurale) et mon fils s'adaptent l'un à l'autre, n'entraînant à priori pas de souci à sa scolarisation et à son apprentissage, celle-ci se calant à sa demande depuis 3 ans et permettant à celui ci de sauter une classe cette année.
Côte social, il est très apprécié de tous et meme si lui n'aime pas être entouré et préfère être seul ou très directif avec les autres, il reste poli et ne rejette personne, mais cela lui provoque des angoisses, et il craque en s'isolant brutalement, et parfois méchamment, ou devient insupportable le soir à la maison.
Il y a 1 an, nous avons vu, à demande de l'école, la psy d'un camsp, et mon fils présentait à ses yeux plusieurs caractéristiques de tsa assez flagrantes, mais ce côté trop social a penché en faveur de l'infirmation du diagnostic asperger (se laissant 2 ans pour voir son évolution) et ciblait plus un HP.
Mon fils étant comme moi, je ne me suis jamais inquiétée car je ne comprenais pas pourquoi il intriguait.
Suite à cela, mon conjoint m'a ouvert les yeux sur mon fils, moi et nos similitudes et après plusieurs mois de  "remise en question" sur ma vie et le début de celle de mon fils, et en avoir parlé avec ma médecin traitant, j'ai entrepris les démarches personnelles à titre de recherche de réponse surtout.
J'aurai plusieurs questions (j'ai déjà un avis mais j'en souhaiterais d'autres) :
- Que pensez vous de l'infirmation de diagnostic de mon fils sur un caractère trop social (je sais je n'ai pas détaillé le reste de ses troubles et vous n'êtes pas psy, mais avez plus d'expérience) ?
- Je me renseigne en ce moment pour lui faire passer des tests psychometriques afin de faciliter son saut de classe, ceux ci peuvent ils apporter une réponse sur un possible asperger ou uniquement sur un HP ?
- Les troubles autistiques se dissipent ils ? Je présentais des troubles plus visibles que ça lorsque j'étais enfant par rapport à aujourd'hui où ils sont plus intériorisés et mon fils aussi plus importants dans les 4  premières années.
- Que pensez vous des structures genre CMP, CHS enfants, CAMSP...?
Merci d'avance

Ps: j'habite dans un coin rural où nous avons peu de professionnels à ma connaissance sur ces sujets.
Messages : 52
Date d'inscription : 08/01/2018
Age : 65
Localisation : languedoc
Voir le profil de l'utilisateur

BON ANNIVERSAIRE !!!

le Jeu 14 Juin - 15:35
Bonjour Madame

D’abord et c’est essentiel, pour ne pas dire : « L’essentiel »
JOYEUX ANNIVERSAIRE JEUNE HOMME !!!!!!!!!!!!!

Maintenant on peu parler de la pluie et du beau temps.

Vous avez écrit : Il y a 1 an, nous avons vu, à demande de l'école, la psy d'un camsp, et mon fils présentait à ses yeux plusieurs caractéristiques de tsa assez flagrantes, mais ce côté trop social a penché en faveur de l'infirmation du diagnostic asperger (se laissant 2 ans pour voir son évolution) et ciblait plus un HP.

Alors permettez-moi de demander des précisions :
A) La psy d’un camsp : « La Psy » ???? c'est-à-dire ?????
B) Ce coté trop social : « social »….. je suppose que vous voulez dire « sociable », du mot « sociabilité ».

Si je dois m’en référer à ma propre expérience, j’aurai tendance à faire l’analyse suivante :

Cet enfant a reçu une très bonne éducation, qu’il essaie de mettre scrupuleusement en pratique en respectant les règles de vie en communauté qui lui ont été inculquées : C’est semble-t-il ce respect des règles que votre ‘’psy’’ confond avec la sociabilité.

Dans le cadre du « respect des règles (de maman)»
- il reste poli et ne rejette personne,
- préfère être seul…….. « que mal entouré » ( vous dites: " lui n'aime pas être entouré "
- ou alors il devient……. très directif avec les autres

C’est déjà le propre de l’attitude d’un autiste dans la spécificité du syndrome « asperger » Il applique les règles du « bon comportement » comme les règles d’un jeu. Il les apprend, il les respecte.


Par contre, quand l’entourage ne respecte pas « les règles du jeu » (notion importante dans tous ses aspects), l’enfant angoisse, craque en s'isolant brutalement, et parfois méchamment,

C’est ce que les ‘’psy’’ vont appeler ‘’trouble du comportement’’ réaction inapproprié et/ou disproportionné.

Ce discours m’a toujours fait sourire intérieurement ; J’ai souvent entendu le même dans les prétoires : « Pour qu’il y ait ‘’légitime défense’’, il faut que la riposte soit proportionnelle à l’attaque et qu’elle soit justifiée au moment où elle a lieu.

Toujours les mêmes discours de ces donneurs de leçons. (la société de NT)



Pour terminer, vous dites : Il devient insupportable le soir à la maison.

C’est normal … non ?? Il s’adresse à celui (à celle) qui lui a enseigné les règles, et qui lui demande de les respecter :

Il s’adresse (à sa manière, dans sa colère et son désarroi) à l’autorité la plus haute et la plus respectable…… : « vous »

Votre fils ne présente à mon avis que des qualités ; Oui !!! Ce sont les qualités des autistes avec la spécificité d’’asperger (TSA et HPI).


Pour la psy du camsp, j’ai une petite histoire, qui m’avait été relaté par mon psychiatre :

Une maman avait amené son fils qui présentait des troubles du comportement avec un manque de sociabilité évident, elle voulait savoir, s’il n’était pas ‘’Asperger’’ :
La conclusion du psychiatre avait été : Votre fils est méchant, parce qu’il est particulièrement bête ; Mais, « il est con et fier de l’être »

à ce stade, ça ne soigne pas, puisqu’il s’assume comme tel et n’en souffre pas.

Il n’est pas ASPERGER, IL EST CON ET FIER DE L’ETRE

Voilà .... voilà..... que votre "psy" réalise qu'en apparence on peut appliquer à la lettre les règles les plus strictes de la vie en communauté et être autiste avec les spécificités d'asperger.

Amicalement à vous 3 (Monsieur, Madame, et Jeune Monsieur)

Max
Messages : 3
Date d'inscription : 26/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Bonjour bonjour

le Jeu 14 Juin - 18:28
Merci pour votre réponse et pour l'attention à l'anniversaire de mon loulou.

Je n'ai pas voulu rentrer dans les détails sinon j'aurai fait un post très long, je préfère les rajouter à demande (je ne connais pas les forums et la réaction des gens ici... ), et je m'excuse si je ne suis pas claire mais je ne suis pas très douée pour m'exprimer en général.

La psy... Chologue... du camsp (en tout cas c'est comme cela qu'elle s'est présentée) lui a fait passé un wpssi et nous a présenté un questionnaire que nous devions remplir, avec elle et mon fils, en 2 séances.
Mais à la 2eme, celui ci, rempli à moitié, fut mis de côté, en nous précisant qu'après relecture des premières réponses, et au vue de l'attitude de mon fils pdt la séance (calme, attentif et réactif à nos dires tout en jouant dans son coin), il semblait que "la mère par ses réponses rapporte un comportement "trop social" pour un syndrome d'asperger", ses mots sur le compte rendu.

J'avoue que sur le coup, nous n'avons pas forcément donner d'importance à cette réponse, ne connaissant que peu les 2 sujets.
Aujourdhui avec le recul, et après avoir pris le temps de remettre chaque chose à sa place, la situation s'éclaircit et les questions se posent d'où ma présence ici.
Mais je suis rassurée par votre réaction et votre rectification car j'ai le même avis que vous mais j'ai peur de ne pas être assez objective.

Par contre, peut être ai je mal compris votre ton de phrase quand vous me dites "c'est normal non ?" au fait qu'il soit insupportable à la maison, mais bien évidemment que c'est normal (le mot était sûrement mal employé) et je ne l'en empêche pas d'ailleurs, il est libre de s'exprimer, même par le cri si besoin, et nous en parlons toujours après afin de comprendre et l'aider. Et je suis très souvent d'accord avec ses réactions car elles sont, pour moi aussi, logiques et normales, et ces règles que je lui apprend à respecter me mettent dans le même état que lui... Lol

Je ne sais pas s'il l'est et nous ne le saurons peut être jamais, je ne veux pas le changer, je veux juste, comme toute maman, peu importe son enfant d'ailleurs, atypique ou non, qu'il trouve sa place dans cette société sans souffrir et en étant lui même.
J'ai souffert et souffre encore, j'ai l'impression de comprendre tout doucement mes petits maux quotidiens et arrive enfin a être plus naturelle en société (au grand bonheur de Mr qui me trouve plus détendue), et je veux pouvoir l'aiguiller au mieux. Ma démarche personnelle est d'ailleurs pour lui (vous trouverez peut être cela absurde)

Merci en tout cas de votre témoignage.
Bonne soirée
Messages : 52
Date d'inscription : 08/01/2018
Age : 65
Localisation : languedoc
Voir le profil de l'utilisateur

b

le Ven 15 Juin - 1:34
Bonsoir madame, Bonsoir monsieur et……. Salut Loulou

Je vais essayer de répondre ci-après à la question : « Que pensez-vous des structures genre CMP, CHS enfants, CAMSP...? »

Voici la copie de l’argumentaire trouvé dans 2 de ces établissements

- Le Cxxxxx définit un ensemble de procédures qui permettront à l’enfant d'apprendre de nouveaux comportements qui l'amèneront à une meilleure adaptation.

-Avec pour objectif la modification du comportement de l’enfant et afin d’amener l’enfant à une meilleure autonomie, la structure (Cxxxx) apprend aux parents à réagir concrètement face à des comportements qui posent problème ou entrainent des difficultés dans les acquisitions scolaires.

Bon !!!! ils avaient d’autres solutions…. La camisole de force… mais c’est dépassé… on n’est plus au moyen âge.

Dans mon cas personnel, ils ont utilisé la camisole chimique pendant 13 ans, traitement médicamenteux de phénobarbital (2 par jours) et injection rectale hebdomadaire de diasepan.
Ça calme !!!!

Après cette lecture, je vous propose la relecture de votre propos, dans votre premier post : je ne veux pas le changer, je veux juste, comme toute maman, qu'il trouve sa place dans cette société sans souffrir et en étant lui même.

Je suis à 100%, à 1000%, d’accord avec vos propos. « En restant lui-même »

A ce propos, je connais trop de gens autistes d’un certain âge qui se plaignent après leur passage dans ce genre de centres, de ne plus savoir ‘’qui ils sont devenus’’ ; Ils s’interrogent et se demandent si ce qu’ils pensent et ce qu’ils sont, c’est eux ou ce qu’’on’’ les a amené à être.

Quant à votre formule : « qu’il trouve sa place dans cette société sans souffrir », je vous rappelle que ‘’cette société’’, c’est ‘’les autres’’…. Et pour un autiste…… « l’Enfer c’est les autres » (J.P. Sartre

A bientôt

Bonne sooirée

Amicalement

Max
Messages : 52
Date d'inscription : 08/01/2018
Age : 65
Localisation : languedoc
Voir le profil de l'utilisateur

bonjour

le Ven 15 Juin - 15:07
Bonjour (les 3)

Vous avez écrit :

- Les troubles autistiques se dissipent ils ? Je présentais des troubles plus visibles que ça lorsque j'étais enfant par rapport à aujourd'hui où ils sont plus intériorisés et mon fils aussi plus importants dans les 4 premières années.

Vous avez-vous-même répondu en deuxième partie de phrase à la question ; « Les troubles sont moins visibles ».

Pour ma part, je dirai que:

- jusqu’à 13 ou 14 ans, l’enfant autiste vit, se construit, se découvre seulement en réaction avec et contre son entourage. Il intellectualise tout ce qui l’entoure et se définit dans la complémentarité ou l’opposition à cet entourage. C’est donc jusqu’à cette période qu’il manifeste le plus bruyamment, le plus épidermiquement, son opposition, son incompréhension de ‘’l’autre’’, des ‘’autres’’.
- Les troubles TED (tsa), le jeune autiste les subit sans contrôle, (action-réaction). Ils sont donc nombreux et visibles.


- Entre 17 et 27 ans, le jeune autiste poursuit la construction de son identité par la méthode empirique. Le caméléon entre en scène. Le jeune autiste va s’essayer à la vie de jeune adulte, tester les relations avec les autres, voir ce qui lui apporte du plaisir et ce qui lui déplait.
Il va s’analyser, s’auto-définir et se construire le personnage social qu’il aura choisi d’être. C’est la période des grandes erreurs de choix ou des plus belles réussites. Elles ne dépendent pas de lui, mais du hasard des rencontres, de la rectitude morale de celles-ci, où au contraire de la bassesse, de la fausseté, et de l’inconstance de ceux là.
- Les Troubles TED (tsa), l’autiste jeune adulte les cache, et tente de les contrôler


- De 30 à 40 ans, on est généralement « dans l’action », les relations sociales s’exercent à travers un métier, avec la recherche d’un but à atteindre et d’un résultat. C’est ce qui prime. Dans ce contexte l’autiste intériorise ses jugements et s’il est un chef, il va s’affirmer ; Ce qui était appelé ‘’caprices’’ quand il était petit, sera maintenant nommé ‘’ autorité’’, ‘’force de caractère’’ par les autres.
Mais les autres sont ce qu’ils sont….Tant pis pour eux. L’autiste s’affirme, s’impose … le caméléon s’est endormi.

- Les Troubles sont à nouveau visibles, mais il les impose.


Résultat : C’est la période la plus dangereuse pour lui.
A imposer ses Troubles, à les justifier, il peut croire que la partie est gagné, que les autres ont compris que c’est de leurs fautes.
Il peut croire, qu’il est accepté pour ce qu’il est, et laisser dormir le ‘’caméléon’’. Il est tellement en confiance, qu’il peut se laisser aller à se confier….. à son conjoint par exemple…. A lui expliquer sa vie de couple est un choix, un engagement, un serment basé sur des valeurs morales, une complicité et un partage des plaisirs physiques et intellectuels.

Gare à lui de ne pas aller trop loin dans la confidence !!! un NT, restera toujours un NT.

J’ai déjà expliqué que mon divorce (sans être séparé) d’avec mon ex-épouse, vient d’une discussion où je lui expliquais que je ne savais pas ce qu’était un sentiment et que j’étais incapable d’en reconnaître l’expression sur le visage d’une personne.
Elle m’avait interrogé sur ce que je voyais et percevais dans son regard quand elle me regardait ‘’amoureusement’’.
Je lui avais répondu ‘’trop’’ honnêtement, la même chose que dans le regard d’une vache qui regarde passer un train.


- Après 50 ans, par manque d’énergie peut-être, les troubles reprennent le dessus et vous submergent. (à part pour l’instant les troubles de la propreté, je ne fais toujours pas pipi au lit !!!)


A bientôt

Amicalement

Max
Messages : 13
Date d'inscription : 24/05/2018
Age : 39
Localisation : Normandie
Voir le profil de l'utilisateurhttp://www.leplieurfou.sitew.fr/#L_ORIGAMI_selon_Eric_VIGIER.D

Re: Bonjour bonjour

le Ven 15 Juin - 23:58
Bonsoir ,

"Les troubles autistiques se dissipent ils ?"

A la vingtaine je prend conscience que je suis un parfait caméléon.

Vers la trentaine, j'ai supposé que j’étais sorti du SA tellement j’étais "conforme" à ce que l' on attendais de moi , malgré toutes mes différences apparentes. Je voulais y croire.

à 36 , je sais que je n'ai jamais été conforme et que je ne le serais jamais.

A 40 je sais que je dois le dire, le prononcer , le divulguer...
J'ai pris conscience que la peau du caméléon n'a pas toujours été de la bonne couleur et que, aujourd’hui, le caméléon est fatigué.

Par ce dernier post', Maxime a parfaitement expliqué la chose, et c'est d'une telle clarté qu'on ne pourrait l'exprimer mieux.

Merci Maxime, ça m'a fait quelque chose de te lire.

Bonne soirée
Messages : 3
Date d'inscription : 26/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Bonjour bonjour

le Dim 17 Juin - 15:16
Merci à vous pour vos réponses.
Bonne journée à vous
Contenu sponsorisé

Re: Bonjour bonjour

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum