Partagez
Aller en bas
Messages : 3
Date d'inscription : 09/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Asperger et schizophrénie

le Lun 9 Avr - 15:09
Effacé


Dernière édition par masqué le Mer 18 Avr - 21:14, édité 1 fois
Messages : 7
Date d'inscription : 05/02/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Asperger et schizophrénie

le Mar 10 Avr - 12:38
Bonjour,

Je suis absolument pas un expert, mais ce qui me frappe dans votre message ; c'est que vous évoquez des symptômes communs entre le TSA et la schizophrénie, mais à aucun moment des symptômes  qui se différencient entre le TSA et la schizophrénie.

C'est peut être trop difficile pour en parler sur un forum et je le comprends, mais si vraiment aucune hallucination auditive ( qui peut être confondu pour une personne ne le vivant pas soit avec des pensées/rumination importantes ou alors avec des perturbations sensorielles ) , ou aucun symptômes vraiment propre à la schizophrénie , il ne faudrait pas s'angoisser avec ça outre mesure, d'autant plus que la médication va masquer le vrai ressenti.

Autre chose ,lorsque l'on est dans la spirale de consultation de spécialistes et de traitement, le stress peut nous faire oublier l'essentiel, arrivez vous à parler avec lui des raisons qui ont entrainé ces blocages? J'imagine que c'est de toute façon très difficile de le faire s'exprimer sur ce qu'il ressent.

Le changement d'établissement trop dure à gérer? Il voit moins des anciens amis du collège?


En ce qui me concerne je sais que j''ai entamé une sorte de descente à partir du lycée, mais c'est devenu vraiment plus gérable à partir de la fac.


Dernière édition par Chercheurperdu le Mer 11 Avr - 13:20, édité 1 fois
Messages : 4
Date d'inscription : 07/11/2016
Localisation : Seine-Maritime
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Asperger et schizophrénie

le Mer 11 Avr - 11:32
Bonjour,

Je suis dans les mêmes impasses avec ma fille de 16 ans.
J'erre de professionnel en professionnel depuis la primaire pour elle. Ont été trouvé chez elle : dyslexie, trouble d'acquisition de la coordination, grosse suspicion de TDA sans H et HQI. Elle a été maintes fois harcelé. C'est une originale, et au collège cela passait mal. Les notes étaient bonnes, elle a toujours été très sage (ne ment jamais, est respectueuse des règlements qu'elle comprend, etc.).

Il y a deux ans j'ai lancé des démarches de diagnostic pour un TSA, chez elle et chez moi. Les choses se sont bien goupillées pour moi. (Je suis HQI et j'ai un syndrome d'Asperger, le diagnostic est tombé il y a 3 semaines). Pour elle, je n'ai pas eu accès au CRA, je suis passée en libéral devant l'urgence de sa situation. En effet, si jusqu'à présent, elle allait plutôt bien malgré des soucis récurrents de harcèlement. L'an passé, elle est tombée en dépression, dépression très sévère. Les notes ont chuté. Une dysphorie de genre est apparue.

ADOS et ADI-R indiquent > TSA

Elle est scolarisée par le CNED depuis janvier. Elle n'arrivait plus à tenir au lycée.

Depuis c'est la guerre des psy. Asperger avec dépression sévère et peu-être un début de décompensation psychotique pour les uns, entrée dans la schizophrénie pour les autres... Et me voilà bien embêtée... si j'avais écouté les psychiatres croisés sur mon propre cas je serais actuellement traitée pour une bipolarité imaginaire...

L'errance de professionnel en professionnel fait qu'elle n'a jamais eu de suivi sur le long terme, et que pendant plusieurs mois cette année, elle n'a pas eu de suivi psychologique, et pour moi est l'urgence absolue : traiter la dépression, lui permettre d'être elle-même, de faire la paix avec elle-même. (Elle est clivée raison/sentiments).

Bon courage à vous en tout cas.
Messages : 3
Date d'inscription : 09/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Asperger et schizophrénie

le Jeu 12 Avr - 17:05
Merci chercheperdu pour votre réponse. Il n'y a en effet jamais eu d'hallucinations, mais ce n'est apparemment pas obligatoire pour un diagnostic de schizophrénie. Depuis l'apparition des problèmes, nous avons vu en tout une dizaine de psychiatres différents, d'autres médecins, des psychologues,... qui disent chacun des choses un peu différentes, plus ou moins inquiétantes pour le moyen/long terme. Le psychiatre principal (que mon fils souhaite conserver) est resté sur son idée initiale de schizophrénie (+ dépression), malgré la découverte du TSA qui me semble pourtant expliquer beaucoup de choses "bizarres".  J'espère que c'est une erreur. En attendant, nous avons dû nous résigner, malgré craintes quand aux effets secondaires parfois désastreux, à l'antipsychotique en plus de l'antidépresseur; objectivement, ça a amélioré les problèmes de concentration, et donc les notes, et donc un peu le moral de mon fils. Bon courage à vous.

Merci aussi Paralea pour l'échange. Comment se fait-il que vous n'ayez pas eu accès au CRA pour votre fille ? j'avais compris que les mineurs étaient prioritaires. C'est navrant que vous n'ayez pas pu mettre en place un suivi satisfaisant, nous n'avons eu pas ce problème (c'est presque le contraire, peut-être trop d'intervenants). Nous avons eu aussi beaucoup de soutien de la part du médecin scolaire et du lycée. Mon fils a pris le parti d'y être complètement "hors sol": il ne parle qu'avec les professeurs et autres personnels, se réfugie au CDI ou à l'infirmerie à toutes les pauses; je pense que les autres élèves l'ignorent; nous avons réalisé rétrospectivement combien cela avait été dur pour lui au collège, alors qu'il essayait encore, maladroitement, de nouer des relations. J'espère que les choses vont s'arranger pour votre fille.
Messages : 4
Date d'inscription : 07/11/2016
Localisation : Seine-Maritime
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Asperger et schizophrénie

le Ven 13 Avr - 13:03
J'ai contacté le CRA pour moi en mars 2016, ils m'ont envoyés un dossier tout de suite, j'ai rappelé 15 jours après pour prendre un dossier pour ma fille, mais ils venaient de prendre la décision de ne plus prendre de demandes directes, car submergés par les demandes. Ils m'ont renvoyés vers le CMPP, qui m'a dit ne pas être compétente dans le domaine. Ensuite, j'ai demandé un courrier à mon médecin traitant, qui ne l'a jamais fait, du coup, passage en libéral...

Je mène des démarches pour elle depuis la primaire, elle a vu plein d'intervenants, mais soit par des contraintes personnelles (séparation et ennuis financiers / déménagement), soit parce qu'elle compensait énormément ses difficultés, aucun suivi n'a duré sur le long terme. Chaque professionnel consulté a géré sa partie, mais aucun n'a fait le lien entre tous les "symptômes".

Elle a été diagnostiquée dyslexique et dysorthographique, en CE1. Son trouble d'Acquisition de la coordination (TAC) a été repéré en CM2, une forte suspicion de TDA/H a aussi été émise à ce moment là. Le HQI a été pointé en 6ème.

Tout ça a généré suivi orthophonique, en psychomotricité (non remboursé), et chez une psychologue (non remboursée).

Et c'est donc durant son année de 4ème que je me suis posée la question du TSA.

Elle a été un peu chamboulée par ses camarades en primaire et vraiment harcelée en 6ème et en 5ème. Qualifiée de "bizarre". Mais c'est une excellente élève, donc elle n'alarmait pas les profs.

En 3ème, nous avons connu un gros revers affectif, un ami très proche qui lui donnait des cours particuliers nous a laissé tomber du jour au lendemain, elle ne s'est plus reconnu non plus dans ses ami-e-s. Leurs préoccupations sentimentales et sexuelles la laisse de marbre. Elle ne s'identifie pas aux filles (pas vraiment plus aux garçons). Bref, la dépression s'est installées.
C'est là que les démarches en libérale ont été menées. Le TSA saute aux yeux.

Seulement, un déménagement plus tard, et une phobie scolaire développée à l 'entrée au lycée, avec des passages aux urgences, ont mené les psychiatres croisés à tout de suite évoquer la schizophrénie. Depuis des mois, les professionnels se renvoient la balle avec des avis différents et elle n'a pas d'aide psychologique. Et elle décompense, maintenant il y a parfois des manifestations psychotiques. Déréalisation et dépersonnalisation. Il devient donc bien difficile de savoir si c'est une ado Asperger qui a tellement compensé, qu'elle craque, et c'est l'anxiété qui provoque les manifestations psychotiques. Ou si c'est depuis toujours de la schizophrénie. Ou si c'est une schizophrénie qui se greffe sur Asperger.

Le dernier psychiatre que nous avons rencontré, a l'air d'y aller doucement pour faire le tric. Il ne se jette pas sur un diagnostic. Il veut calmer les symptômes pour voir ce qu'il reste une fois les choses stabilisées.
Messages : 3
Date d'inscription : 09/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Asperger et schizophrénie

le Sam 14 Avr - 22:57
Parcours du combattant...
Sur ce que vous dites de votre fille, il y a des points communs avec cas de mon fils, sauf que lui ça s'est vraiment passé sur la dernière année, avant on n'avait rien remarqué d' inquiétant, juste qu'il n'était pas très sociable. Est-ce que votre fille a des médicaments ? (lui, en ce moment prozac et abilify)
Contenu sponsorisé

Re: Asperger et schizophrénie

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum