Partagez
Aller en bas
Messages : 3
Date d'inscription : 07/03/2018
Localisation : Pyrénées Atlantiques
Voir le profil de l'utilisateur

Comment accepter son autisme ?

le Mer 7 Mar - 10:36
Bonjour, je suis la belle soeur (de 48 ans) d'un jeune homme de 27 ans, diagnostiqué Asperger il y a 2 ans.
Sa famille et lui ont toujours nié l'évidence, aucune prise en compte spécifique n'avait été faite. Maintenant, il a du mal à accepter de se dire qu'il est autiste. Au début, quand sa mère lui a dit qu'il était diagnostiqué autiste, il lui a dit qu'elle était folle.
Moi, je débarque là dedans et m'occupe de lui depuis août dernier, il est venu en vacances chez nous (mon mari + moi), et il a dit au retour qu'il avait passé des vacances "transcendantes" :-) On ne se connaissait pas avant, car il était plutôt "caché" par sa famille. Après un échec dans un concours, il vivait depuis 1 an et demi chez sa mère et mon père, mais ne sortait plus, et l'ambiance était devenue très pourrie...
Il a fait une classe prépa, une licence, il est très intelligent.
Je lui ai trouvé un stage, on a loué un appart, il vit depuis 2 mois enfin en autonomie, selon son souhait.
Pas loin de chez nous, pour qu'on puisse l'aider, et très loin de chez sa mère et mon père.
Mais pour moi, c'est difficile parfois...
J'ai toujours joué la carte de "l'autisme joyeux", pour se voir en face et trouver des solutions constructives... mais parfois j'ai l'impression de l'obliger à s'accepter autiste.
C'est difficile de trouver le juste milieu, la bonne dose. L'aider sur les fondamentaux, mais pas trop. Parler d'autisme, mais pas trop.
En plus, tout a évolué très profondément pour lui depuis qq mois, donc il faut du temps pour digérer tout ça;
En tout cas, c'est précieux pour moi de trouver dans ce forum un espace d'expression.
Avez vous vécu des situations similaires ? Merci de votre retour, à bientôt, j'espère !
Messages : 33
Date d'inscription : 08/12/2017
Localisation : Marne
Voir le profil de l'utilisateur

Bienvenue

le Jeu 15 Mar - 18:20
Bonjour CharlieVal,

Comme toujours, c'est une histoire de dosage et de temps que la gestion des interactions avec les humains =)
Les changements profonds de perception/considération de soi même sont particulièrement long et compliqués.
Il ne faut pas que ça soit douloureux ou pénible. Il est question d'identité ici et le processus pour se trouver et se comprendre est interne. Le diagnostique est un gros point de départ, c'est un déclencheur majeur et je pense qu'il faut veiller à ne pas trop pousser derrière tout ça... chacun son rythme. Je trouve particulièrement dûr de trouver le dosage entre ingérence et aide pleine de bonne volonté et attention.

PS : Je suis NT proche d'Aspis diagnostiqués ou sur le spectre.
Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum