Derniers sujets
Rechercher
Résultats par :
Recherche avancée

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Messages : 1
Date d'inscription : 14/07/2016
Age : 36
Localisation : 77
Voir le profil de l'utilisateur

Forts soupçons

le Jeu 14 Juil - 22:36
Bonjour,

Je découvre le syndrôme d'asperger depuis quelques semaines, et comme beaucoup, je m'y reconnais fortement. Je viens d'avoir 35 ans et j'ai cherché toute ma vie à mettre un nom sur ce qui "cloche" chez moi:
- Difficultés sociales (quiproquos fréquents, incapacité à parler avec plus de 2 personnes à la fois, épuisement après une soirée ou besoin impératif de partir au bout de 2 heures)
- Manies envahissantes
- Grande sensibilité aux bruits, lumières et odeurs
- Besoins imperatifs de solitude absolue qui m'empêchent parfois de sortir de chez moi et d'aller travailler
- Activités quasi-obsessionnelles (je ne peux pas sortir de chez moi sans un livre dans mon sac, je peux faire 100 parties de solitaire ou de sudoku de suite quand quelque chose me préoccupe)
- Quand un sujet m'interresse, je vais lire et trouver toutes les informations existantes jusqu'à l'avoir disséqué complètement
- Mes proches me trouvent dure et insensible envers eux, et disent en même temps que j'exagère quand je parle de mes ressentis (alors que j'ai l'impression qu'il faudrait inventer des mots plus forts pour pouvoir me faire comprendre)

Bref, je pourrais faire une liste sur 12 pages, mais je risque de perdre tout le monde.

Je cherche seulement à échanger avec des gens qui ressentent la même chose que moi, et peut être qui pourraient m'aider à mieux le vivre au jour le jour, mieux le comprendre. Je souhaite aussi me faire diagnostiquer, mais d'après ce que j'ai compris, c'est un vrai parcours du combattant (que je suis prête à affronter).

Voilà, avis à ceux qui acceptent de partager leur expérience Smile
Messages : 8
Date d'inscription : 21/07/2016
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Forts soupçons

le Jeu 21 Juil - 11:12

Spikette, pourquoi tu as besoin d'être diagnostiquée ?
Messages : 1
Date d'inscription : 28/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Forts soupçons

le Jeu 29 Sep - 5:05
Salut,

je me suis inscrit sur le forum pour te répondre car ce que tu écris fait écho et à vrai dire je suis dans la même situation.
Je compte passer prochainement une évaluation "offficielle", mais, tout comme toi, j'ai de forts soupçons. Depuis tout petit, j'ai compris qu'il y avait quelque chose qui ne cadrait pas avec moi. Durant l'adolescence, c'était très difficile, en fait, à cause de mes difficltés de communication et de ma situation familiale, je n'ai eu ni enfance, ni adolescence, j'ai du grandir très vite, tout en "loupant" toutes les expériences et les compétences sociales qui auraient du être "normales". Il n'était pas rare que je ne prononce que les mots bonjour et au revoir dans une journée, pas de conversation, des rapports humains au stric minimum... de l'enfance jusqu'à l'âge adulte.
Mais j'avais cette idée fixe : "un jour, j'arriverais à parler à quelqu'un, un jour je pourrais échanger et ne pas faire qu'écouter". Ca m'a pris 20 ans (j'ai 34 ans) et j'ai fini par y arriver.
J'ai toujours les mêmes difficultés que celles que tu décris mais j'ai abattu certains des murs de la prison qui m'enfermait.

J'ai aussi trouvé un moyen détourné de m'exprimer, comme tu écris : "j'ai l'impression qu'il faudrait inventer des mots plus forts pour pouvoir me faire comprendre".
Le moyen que j'ai trouvé, les mots plus forts, c'est la musique, je suis en train d'enregistrer la maquette d'un album, et pour la première fois, j'ai l'impression de "dire", de "sortir" vraiment ce que j'ai à l'intérieur. Pour moi le language verbal est tellement incomplet, tellement insuffisant, je n'arrive tout simplement pas à me faire comprendre juste ne parlant.
Pour te donner un exemple, j'ai passé la soirée avec deux amis très proches. L'un deux m'a dit quelque chose qui m'a profondément blessé, car il a exprimé la vision qu'il avait de moi, qui est en fait à l'opposé de qui je suis vraiment. En fait c'est extrêmement frustrant, parfois, j'ai l'impression que plus je me rapproche de quelqu'un, moins il me comprend et moins j'arrive à me faire comprendre.

Quand tu parles de tes ressentis qui semblent exagérés pour les autres, ça me fait penser à cette sensation d'injustice quand les autres se font des idées complètement fausses sur toi. C'est quelque chose qui prend aux tripes, car ça touche à tes valeurs et à ton identité, tu as juste envie de crier : "non, je ne suis pas comme vous le dites !"


Pour finir, je dirais que comprendre ta condition (qui n'est pas une maladie, une malédiction, une tare ou autre), c'est comme cette métaphore :

imagine que tu es dans un monde où tout les être humains parlent la même langue sauf toi. Personne ne te comprend et tu ne comprends pas les autres. Puis, tu commences à écouter les autres, et les observer, tu commences à assimiler leur langue, à observer leurs coutumes. Tu commences à pouvoir communiquer avec les autres, mais il y a toujours une sorte de distance car ce ne sont pas tes langues et cultures natales. Et tu n'arrives pas à retranscrire ce que tu ressens vraiment dans cette langue.
Maintenant imagines qu'un jour, tu te ballades et tu croises quelqu'un qui te salue et te parles dans ta langue natale ! Quel choc ! Tu te rends compte que tu n'es pas seule, qu'il y a d'autres personnes comme toi dans le monde.
C'est personnellement l'effet que ça m'a fait, ce choc ! en lisant des études sur l'autisme, sur toutes ces caractéristiques qui m'ont appris : "je ne suis pas seul".


PS : peut-être que Gally aussi était Asperger ? Very Happy
Messages : 8
Date d'inscription : 21/07/2016
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Forts soupçons

le Jeu 29 Sep - 21:26
w
Contenu sponsorisé

Re: Forts soupçons

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum