Derniers sujets
Rechercher
Résultats par :
Recherche avancée

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Messages : 5
Date d'inscription : 18/02/2016
Voir le profil de l'utilisateur

questions et besoin d'aide

le Ven 19 Fév - 9:25
bonjour,

mon mari à été diagnostiqué SA fin d'année 2015 donc c'est tout récent comme je l'expliquais jusqu'à il y a 6 ans où il a fait sa 1ère dépression avant ça tout allait super bien et là je suis perdue

entre la famille ou amis qui ne comprennent pas, moi qui tente de comprendre mais c'est dur pour moi aussi de me dire il peut pas prendre sur lui, lâcher prise... je le sais mais pour moi se sont des choses faciles à faire donc dès fois j'ai du mal à comprendre mais j'ai envie de comprendre

car ce qui me fait peur à l'heure actuelle c'est mon envie de tout lâcher car depuis 6 ans je gère tout la maison, les enfants, mon mari qu'il faut soutenir et je m'oublie dans tout ça je ne veux pas paraitre égoïste mais au bout de 6 ans à prendre sur moi j'ai envie d'une pause dans tout ça (et je m'en veux de penser ça)

jusqu'à la fin 2015 on avait espoir que sa dépression prenne fin un jour, car une simple dépression au bout d'un moment ce n'est qu'un mauvais souvenir mais là ce n'est pas juste une dépression c'est un SA du coup une amie psy scolaire qui nous a mis sur la voie du SA me dit que ça sera toujours comme ça

qu'il ne pourra jamais être bien au boulot est ce vrai ??

n'y a t'il pas un mieux à un moment si on lui adapte son temps de travail... de plus il a cette chance ou tout ses collègues comprennent son mal être et c'est pour ça que je ne veux pas qu'il lâche son poste actuel car ils comprennent

elle me dit que y aura toujours des hauts et des bas est ce vrai aussi ??

on ne retrouvera jamais la vie qu'on avait avant tout ça ??

moi j'ai envie de croire que si il rencontre les bonnes personnes psychologues, personnes comme lui pour parler et échanger et qu'on adapte son temps de travail ça peut changer j'ai cet espoir peut être bête mais j'espère vraiment un changement pas radical bien sûr, il y aura des hauts et des bas mais j'espère plus de haut que de bas est ce que ce n'est qu'un rêve qui ne se réalisera jamais ou bien y à t'il vraiment de l'espoir ????

et autre question est ce qu'il y à des conjoints de personne asperger sur le forum si oui comment vous faite au quotidien pour tenir le coup

car là moi je sature son état zombie à cause des médicaments de plus en plus fort, je sature le fait que dès qu'il va au boulot je sais qu'il est pas bien et que le soir quand il rentrera il sera dans sa bulle, je sature le fait que mes enfants le voit comme ça et ne comprennent pas qu'il faut laisser papa dormir car il n'arrive pas à se lever le matin et qu'en journée il est encore fatigué.... bref je sature et je m'en veux car je sais que ce n'est pas de sa faute si il est comme ça mais quand on s'est connu tout allait bien mise à part sa timidité mais ça on fait avec c'est pas grave, mais là j'ai vraiment l'impression d'être dans un mauvais rêve et qu'on s'en sortira pas Crying or Very sad

donc si quelqu'un peut me donner des réponses ou me donner des trucs pour réussir à prendre sur moi et gérer ça serait vraiment sympa

merci

sandrine

Messages : 24
Date d'inscription : 18/10/2014
Voir le profil de l'utilisateur

Re: questions et besoin d'aide

le Dim 21 Fév - 18:32
Bonjour Sandrine35,

Quoique étant célibataire sans enfants, votre histoire m'interpelle...
Raison 1 : le diagnostic de votre mari est fait suite à une dépression
Raison 2 : son "burn-out" continue
Raison 3 : il a été diagnostiqué asperger et HP.
Raison 4 : les 3 précédents points sont communs avec les circonstances qui mon amenées à savoir pour moi-même (je partage aussi les deux "particularités".

Pour répondre à vos questions...
Si on a le SA, on nait avec, on vit avec et on meurt avec. Pareil pour le haut potentiel.
Oui, dans le SA, il y a des hauts et des bas. Tout le monde a des hauts et des bas. Sauf que pour nous, ça semble arriver plus souvent que la moyenne et la cause peut paraitre insignifiante pour la plupart des gens. Pour ma part, étant sortie de ma longue "depression" (je n'aime pas ce mot, je préfère le terme anglais "burnout" car il induit l'idée d'écroulement aprés avoir tenu pendant longtemps face à des pressions de toutes sortes, notamment sociales...)  il y a un an et demie, il m'arrive encore, de temps à autres, d'avoir des "meltdowns" (cette envie temporaire de s'isoler aprés ces periodes intenses de socialisation ou de fortes sensations sensorielles). Il parait que la plupart des SA le vivent. C'est comme ça. Il faut apprendre à le gérer...

Quand on a le SA, on est plus anxieux que la plupart. On a les sens en alerte 24h sur 24. Pour la plupart, on a des problèmes pour s'endormir ou on se réveille la nuit pour des "petits bruits" qui ne dérangeraient personne. Si cela est vraiment un problème, il existe des somnifères.
Pour ma part, j'ai choisi d'accepter cela comme un trait de ma personnalité, donc d'apprendre à le gérer.

Pour la vie professionnelle, tout dépend de l'histoire de votre mari. Si, tout comme moi, c'est quelqu'un qui a réussi à l'école sans aucun aménagement scolaire ou a réussi à obtenir un travail sans problèmes, je ne pense pas qu'il y ait beaucoup de choses à changer.
La différence doit être dans l'ouverture d'esprit des gens, des collègues de travail, du patron. Car quand on a le SA, on est trés sensible à l'attitude des gens, à leurs actions, à leur bienveillance/malveillance. Notre affection envers eux et eux envers nous peut changer, pour le meilleur et pour le pire, notre aptitude au travail.
Peut-être qu'il faudrait essayer de sensibiliser les gens de son entourage (travail et famille) au SA. Insister sur les côtés positifs. Et surtout ne pas oublier qu'il y a autant d'asperger que de personnes.

Pour ce qui est de votre vie de couple, disons les choses... Votre vie ne sera plus jamais la même. Pour la "simple" raison qu'il faudra "réapprendre à vous connaitre".
Aussi parce qu'il faudra que votre mari, tôt ou tard, apprenne à gérer ses "particularités", faire la part de ce qui fait partie du SA et ce qui est propre à sa personnalité. Bien sûr, il y a les ajustements de la part de l'entourage (aller voir un psychiatre spécialisé, trouver des personnes compréhensives) mais ce n'est pas le plus gros travail à faire. Le plus gros travail devra venir de lui. Pour l'aider, vous devriez lui faire prendre conscience de son comportement et de l'impact sur sa vie de famille. Aussi, parlez-lui d'éventuelles solutions.

Parlez-lui de ses réussites, de votre première rencontre amoureuse avec lui, des bons moments passés ensembles. Ce que vous aimez chez lui.
L'amour est le meilleur médicament au monde.
C'est ce que ma mère faisait quand j'avais mon burnout. Quelque fois, elle en avait marre et me disait mes quatre vérités en face. Mais le plus important, c'est qu'elle disait ce qu'elle ressentait. Et cela m'aidait...

Il faut qu'il sache qu'avoir le SA ne veut pas dire que sa vie est foutue. Tout les jours, c'est une bataille mais quand on la gagne, même pendant un temps, on est bien content.

Un autre truc... Ne cherchez pas à comprendre les personnes avec SA. Cela crée des conflits inutiles et amènent de faux jugement. Aimez-les et accompagnez-les. De même que votre mari doit comprendre que c'est son combat et que lui-seul (avec votre aide et celle de son entourage) peut combattre.


Messages : 5
Date d'inscription : 18/02/2016
Voir le profil de l'utilisateur

Re: questions et besoin d'aide

le Lun 22 Fév - 9:56
Bonjour RebeccaRichard

merci pour votre réponse, qui m'éclaire un peu plus bon je vois bien en lisant des articles et en parlant avec des personnes qui connaissent le syndrôme asperger qu'il va falloir que je m'habitue aux baisses de moral de mon mari

pour la vie professionnel, mon mari à l'école était le 1er de sa classe donc pas de soucis particulier pour les apprentissages au contraire, il n'avait que 1 copain et encore et à l'heure actuel il est fonctionnaire et il a la chance d'être dans un service où tout ses collègues comprenne son mal être, ses angoisses du au syndrôme donc je lui dis souvent quand il est mal et qu'il veut changer de poste de ne pas lâcher son poste car il a les collègues qui comprennent et pas sûr que sur un autre poste les gens comprennent, surtout que son boulot lui plait

pour ce qui est de notre couple, quand j'en ai marre je lui dis ce que je penses, ce que je ressens et je lui dis ce que j'aimerai et comment y parvenir
j'essaye de l'aider mais il a grandit dans une famille où on penses que son père est Asperger car même comportement, même attitudes ... et sa mère plutôt que de pousser son père ou même mon mari quand il était petit leur dis si ils sont fatigué et bien va te coucher, si ils veulent pas faire car angoisse bah laisse je vais faire alors que moi je pousses après je sais pas si c'est la bonne solution non plus mais le spy du CRA que mon mari a vue à dit que si il s'en sortait bien c'était grâce à moi car on voit du monde, je le pousse à faire les choses par lui même même si il met du temps à les faire alors que ses parents lui on toujours tout fait et ne voyaient personnes car ils n'aiment pas les contacts humains (surtout mon beau père)

donc je le pousse et comme je lui ai dis récemment si je gueule si je te pousses c'est pour pas que tu sois comme ton père plus tard (qui ne fait rien de ses journées à par des siestes, ils sont à la retraite et n'en profites même pas je trouve ça triste et je ne veux pas ça pour nous)

donc j'espère vraiment réussir à l'aider et que notre couple continu maintenant seul l'avenir nous le dira mais j'ai bon espoir car mon mari est conscient que je le vis mal, et que ça pourrait tout gâcher entre nous donc il cherche des solutions et moi aussi de mon coté Smile

Merci pour votre message et bonne continuation à vous Smile
Contenu sponsorisé

Re: questions et besoin d'aide

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum