Rechercher
Résultats par :
Recherche avancée

Partagez
Aller en bas
Messages : 18
Date d'inscription : 26/01/2016
Voir le profil de l'utilisateur

Aux parents inquiets...

le Ven 5 Fév - 17:49
Je comprends votre angoisse... Mais nous ne sommes pas sans défense. Chacun, chacune a les moyens de construire ses propres protections. Ce qui est difficile, c'est quand on veut à tout prix nous faire sortir de notre refuge.

Finalement, je suis content de ne pas avoir été diagnostiqué. A mon époque, le S.A. n'était pas connu. Ma mère m'a emmené chez le médecin pour "troubles nerveux". Il m'a mis sous valium, ou quelque chose du genre. Du coup, je dormais toute la journée et ça ne rendait pas ma mère plus heureuse.

A l'adolescence, je suis sorti de ma bulle et j'ai trouvé qu'il y avait pas mal d'expériences intéressantes à faire dans le monde des N.T., beaucoup de choses à découvrir. Boulimie de savoirs. Le plus dur, c'est après, quand il faut entrer pour de bon dans la vie active, sans le regard bienveillant des amis, des profs, des autres parents.

Bien plus tard, je suis de nouveau retourné dans ma bulle, après avoir gagné les moyens de mon autonomie, et parce que le monde ordinaire commençait vraiment à me peser.

Bon, c'est juste un témoignage. Je ne sais pas s'il peut aider. Il a au moins le mérite de la durée, c'est sa principale légitimité. En venant dans cette association, je cherchais justement des gens qui auraient eu une longue expérience, comme moi, pour comparer nos parcours. Pas encore trouvé.

Bon courage à vous. Moi, ça va.
Messages : 2
Date d'inscription : 26/09/2016
Voir le profil de l'utilisateur

merci

le Lun 26 Sep - 20:58
merci pour ce témoignage plein d'espoir pour nous
Messages : 2
Date d'inscription : 17/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Maman d'un adulte Asperger

le Jeu 3 Mai - 9:19
Je suis maman d'un asperger de 33 ans. En fait il s'est auto-diagnostiqué et m'en a parlé depuis seulement quelques semaines. J'ai accusé le choc mais aussi avec un certain soulagement car beaucoup de choses s'éclairaient enfin pour moi. Je suis simplement furieuse de n'avoir pas eu d'aide quand nous en avions besoin. Comme le dit Philippe ici,il y a 30 ans on ne parlait pas du syndrome d'Asperger et pour moi mon fils n'était pas Autiste,j'ai élevé cet enfant dit "bizarre"(dans ma famille)avec beaucoup de difficultés et de patience, en espérant toujours que ça s'arrangerait avec le temps....
J'ai commencé les démarches pour avoir un réel diagnostic.
Messages : 37
Date d'inscription : 08/12/2017
Localisation : Marne
Voir le profil de l'utilisateur

Merci

le Lun 28 Mai - 12:23
Merci pour ce témoignage =)
Messages : 2
Date d'inscription : 17/04/2018
Voir le profil de l'utilisateur

Asperger et empathie

le Mar 10 Juil - 11:30
Le plus dur à accepter est de se rendre compte que jamais votre enfant n'aura de l'empathie pour vous. En tous cas cela est bien mon cas. 30 ans pour comprendre,30 ans à se questionner, 30 ans à espérer et hélas 30 ans pour se rendre compte qu'en effet votre enfant est complètement indifférent de votre état et des difficultés qu'il peut vous donner.

J'aimerais recevoir des témoignages de mamans qui sont dans mon cas,des témoignages d'adultes asperger et comprendre comment gérer cette situation. De plus en plus,je penche vers la solution de couper tous les ponts entre nous car ça devient ingérable pour moi.

J'ai beau l'aider depuis toujours,que se soit financièrement ou par un hébergement chez moi quand il se retrouve sans domicile,rien n'y fait,je n'ai aucune grâce à ses yeux.
J'ai lu que le manque d'empathie chez les asperger était récurrent,je comprends bien que cela fait partie de sa maladie mais c'est complètement inacceptable pour une maman. c'est trop dur,quoi qu'on fasse de n'avoir jamais un mot gentil,un bisou,un merci.
Bien au contraire,il est chez moi et il m'ignore complètement.
Je n'en peux plus
Contenu sponsorisé

Re: Aux parents inquiets...

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum