Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Messages : 1
Date d'inscription : 09/11/2015
Voir le profil de l'utilisateur

J'ai la sensation de comprendre le fil de ma vie et de mes difficultés

le Lun 9 Nov - 15:47
Bonjour,
Lorsque j'ai découvert ce qu'est réellement le syndrome d'Asperger j'ai eu la sensation de mieux comprendre pourquoi.
Pourquoi? Je ne me sens pas bien avec les autres et avec moi-même.
Voici mes pensées :
- ne pas arriver encore à ce jour à créer des amitiés sauf celles qui datent de mon adolescence, un cercle très restreint.
- être davantage moi-même lorsque je suis confiance : avec mes amis proches et ma famille
- ne pas arriver à être moi-même si je suis pas en confiance et rester dans une sorte de mutisme quand je ne le suis pas
- avoir des difficultés à discuter avec les autres, à entamer des discussions et à continuer les discussions
- avoir des difficultés à regarder les personnes dans les yeux, fuir le regard, attendre avec impatience que la personne décroche de mon regard
- avoir des accès de colère
- ressentir de grandes fatigues émotionnelles
- avoir du mal à prévoir des choses car je ne sais spas comment je vais être le jour où j'aurai une sortie de prévu. Donc, décommander sous des prétextes différents
- avoir eu de grandes difficultés d'intégration notamment au travail dû à ma difficulté à être avec les autres et à ne pas être accepter telle que je suis
- me cantonner au travail et aux contraintes de la vie élémentaire car le tout est fatiguant
- avoir l'impression de jamais sortir de cette spirale alors que j'ai énormément changée depuis même quelques années
- avoir envie d'en finir car c'est trop difficile et l'impression d'être dans un combat permanent avec moi-même
- me toucher les mains, les doigts ou tordre mes pieds quasi tout le temps
- avoir l'impression que je joue un rôle et avoir des difficultés à rester dans ce rôle de l'être social
- être instable dans mes relations avec les autres (un jour ça va l'autre pas donc les gens s'écartent)
- entendre que : je n'ai pas d'expression du visage, je n'ai pas de discussion, voix monocorde, ne pas comprendre ce que disent les autres ou mettre du temps à comprendre ce qu'ils disent.
Et donc, prendre un temps de réflexion avant de répondre, chercher leurs intentions (pourquoi ils disent ça, est-ce qu'il y a un sens caché...)
- j'étais dans un mutisme en école maternelle
- rechercher des intéractions mais ne pas savoir comment les entretenir, comment faire...
- Ressentir ce mal-être de manière récurrente surtout le matin : énervement, pleurs, ras le bol...
- ne pas réussir à être comme tout le monde, à ne pas trouver ma place
- avoir une sensibilité exacerbée
J'ai contacté un CRA pour avoir des réponses à mes questions. J'ai 30 ans, une fille, séparée, encore en formation, loin de ma famille et de mes amis...
Je me suis reconnue dans un certains aspect de la bipolarité mais pas de manière aussi translucide que pour ce syndrome. Certes, je ne suis pas médecin, mais je me reconnais dans ce mal-être décrit sur la toile.

"Etre ou ne pas être telle est la question"
Messages : 16
Date d'inscription : 25/10/2015
Localisation : Montréal (Québec)
Voir le profil de l'utilisateur

Arriver à se comprendre

le Ven 13 Nov - 5:41
Bonjour,

J'ai eu la même sensation lorsque les hasards de la vie ont fait que je découvert que j'étais Asperger. C'était au début du mois d'avril 2014, j'avais également 30 ans. Je suis passée par plusieurs états émotionnels, mais le fait de mettre un mot sur tout ce que j'ai eu à traverser et sur mes difficultés qui persistent encore aujourd'hui a été, pour moi, un élément positif.

Première étape, la découverte. Ce n'est pas en lisant sur le sujet que j'ai appris que j'étais peut-être Asperger. C'est une amie de ma soeur qui est enseignante qui a évoqué cette possibilité. Je ne connais même pas cette personne! Ma soeur lui parlait de moi et elle a reconnu dans sa description, certains des enfants Asperger à qui elle a enseigné. Ma soeur avait un peu de difficulté à le croire, mais en lisant sur le sujet, elle m'a reconnue. Elle en a ensuite parlé à ma mère qui a eu la même réaction. C'est finalement ma mère qui m'en a parlé. J'ai également eu la même réaction. Je ne me reconnaissais pas totalement dans les descriptions, mais je ne pouvais pas nier le fait que plusieurs symptômes me décrivaient parfaitement. À ce moment j'étais dans un état de curiosité. Losque quelque chose pique ma curiosité, je ne peux pas lâcher prise et mes recherches tournent souvent à l'obsession.

Deuxième étape, décider de ce que je fais de cette hypothèse. J'étais déjà suivi par un psychiatre, pour un déficit de l'attention et un trouble anxieux. J'avais un rendez-vous pour un suivi quelques jours plus tard. Je devais donc décider si j'allais ou non aborder le sujet. L'idée d'aborder ce sujet m'angoissait. Je voulais donc essayer de déterminer si le prix à payer (le stress d'aborder le sujet) en valait la peine. Je voulais savoir si j'étais ou non Asperger. Mais d'un autre côté, en raison du stress, je ne voulais pas aborder "inutilement" le sujet. Je voulais m'assurer qu'il y avait réellement une possibilité que je sois Asperger avant d'aborder le sujet. Je voulais maîtriser le sujet. Mes recherches ont donc été très intensives (je n'avais que 2-3 jours avant mon rendez-vous). Cette étape a été une étape de recherches, d'hésitation et de stress. Ce n'est que dans le bureau du psy, que j'ai pris la décision d'aborder le sujet. Il a finalement confirmé que j'avais un syndrome d'Asperger léger.

Les mois suivants ce diagnostic, j'ai eu des périodes où je me disais "ENFIN, je comprends..." et d'autres où je remettais tout ce que je croyais connaître de moi en question. Le diagnostic m'a apporté beaucoup de réponses, mais également beaucoup de questions.

Actuellement, ma principale question, est pourquoi ais-je dû attendre 30 ans avant d'avoir ce diagnostic? Je comprends que le syndrome d'Asperger a été reconnu en 1993, je ne pouvais donc pas avoir de diagnostic avant 1993 (avant l'âge de 9 ans). Par contre, depuis ce temps, j'ai eu plusieurs évaluations et suivis pour mon déficit de l'attention et mes troubles anxieux, pourquoi aucune des personnes consultées ne semble avoir pensé à ce diagnostic? Je travail dans le domaine de la santé, pourquoi n'ais-je pas appris plus tôt ce qu'était réellement le syndrôme d'Asperger?
Messages : 2
Date d'inscription : 16/04/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Re: J'ai la sensation de comprendre le fil de ma vie et de mes difficultés

le Lun 17 Avr - 2:04
phalene a écrit:Bonjour,

J'ai eu la même sensation lorsque les hasards de la vie ont fait que je découvert que j'étais Asperger.  C'était au début du mois d'avril 2014, j'avais également 30 ans.  Je suis passée par plusieurs états émotionnels, mais le fait de mettre un mot sur tout ce que j'ai eu à traverser et sur mes difficultés qui persistent encore aujourd'hui a été, pour moi, un élément positif.

Première étape, la découverte.  Ce n'est pas en lisant sur le sujet que j'ai appris que j'étais peut-être Asperger.  C'est une amie de ma soeur qui est enseignante qui a évoqué cette possibilité.  Je ne connais même pas cette personne!  Ma soeur lui parlait de moi et elle a reconnu dans sa description, certains des enfants Asperger à qui elle a enseigné.    Ma soeur avait un peu de difficulté à le croire, mais en lisant sur le sujet, elle m'a reconnue.  Elle en a ensuite parlé à ma mère qui a eu la même réaction.  C'est finalement ma mère qui m'en a parlé.  J'ai également eu la même réaction.  Je ne me reconnaissais pas totalement dans les descriptions, mais je ne pouvais pas nier le fait que plusieurs symptômes me décrivaient parfaitement.  À ce moment j'étais dans un état de curiosité.  Losque quelque chose pique ma curiosité, je ne peux pas lâcher prise et mes recherches tournent souvent à l'obsession.

Deuxième étape, décider de ce que je fais de cette hypothèse.  J'étais déjà suivi par un psychiatre, pour un déficit de l'attention et un trouble anxieux.  J'avais un rendez-vous pour un suivi quelques jours plus tard.  Je devais donc décider si j'allais ou non aborder le sujet.  L'idée d'aborder ce sujet m'angoissait.  Je voulais donc essayer de déterminer si le prix à payer (le stress d'aborder le sujet) en valait la peine.  Je voulais savoir si j'étais ou non Asperger.  Mais d'un autre côté, en raison du stress, je ne voulais pas aborder "inutilement" le sujet.  Je voulais m'assurer qu'il y avait réellement une possibilité que je sois Asperger avant d'aborder le sujet.  Je voulais maîtriser le sujet.  Mes recherches ont donc été très intensives (je n'avais que 2-3 jours avant mon rendez-vous).  Cette étape a été une étape de recherches, d'hésitation et de stress.  Ce n'est que dans le bureau du psy, que j'ai pris la décision d'aborder le sujet.  Il a finalement confirmé que j'avais un syndrome d'Asperger léger.

Les mois suivants ce diagnostic, j'ai eu des périodes où je me disais "ENFIN, je comprends..." et d'autres où je remettais tout ce que je croyais connaître de moi en question.  Le diagnostic m'a apporté beaucoup de réponses, mais également beaucoup de questions.  

Actuellement, ma principale question, est pourquoi ais-je dû attendre 30 ans avant d'avoir ce diagnostic?  Je comprends que le syndrome d'Asperger a été reconnu en 1993, je ne pouvais donc pas avoir de diagnostic avant 1993 (avant l'âge de 9 ans).  Par contre, depuis ce temps, j'ai eu plusieurs évaluations et suivis pour mon déficit de l'attention et mes troubles anxieux, pourquoi aucune des personnes consultées ne semble avoir pensé à ce diagnostic?  Je travail dans le domaine de la santé, pourquoi n'ais-je pas appris plus tôt ce qu'était réellement le syndrôme d'Asperger?  
Bonsoir,
Moi de même, avant d'être reconnu officieusement Asperger par un psychiatre, un an avant, un neurologue m'avait diagnostiqué des troubles de l'attention. En investigant un peu sur ce point, je me suis retrouvé à m'intéresser au syndrome d'Asperger. À ce propos, qu'est ce qu'un "syndrome Asperger léger" ? Peux-tu expliciter un peu ?
Contenu sponsorisé

Re: J'ai la sensation de comprendre le fil de ma vie et de mes difficultés

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum