Derniers sujets
Rechercher
Résultats par :
Recherche avancée

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Messages : 2
Date d'inscription : 30/08/2014
Voir le profil de l'utilisateur

Il faut que ça sorte

le Sam 30 Aoû - 20:48
Je n'en peux plus de cette vie à laquelle je ne comprends rien.
Des milliers de livres avalés avec tant de vérités à l'intérieur.
Je me sens comme Cioran dans "des Larmes et des Saints" quand il se noye dans le bouddhisme. Il voudrait appliquer cette philosophie à sa propre vie tant elle lui paraît la plus accomplie intellectuellement.
Mais sa fibre, sa construction intérieure l'en empêche diaboliquement.
Comme si l'outil nécessaire à une situation inextricable à une seule personne demandait trois mains. La vérité est là, évidente, mais elle se veut impossible à mettre en oeuvre.

Je viens d'avoir quarante ans, et je me sens vide, seul, incompris, triste, désincarné, loin de la vie.
Je ne me reconnais en quasiment personne ou partiellement.
La société m'écoeure dans ses si grosses épaisseurs.
Les pubs pour un parfum comme pour cacher nos odeurs d'êtres humains, la voiture qui reste sur la voie du milieu, pour le coup rien à voir avec le bouddhisme, sur l'autoroute tel un écho à l'individualisme forcené, ces appendices matérielles qui sournoisement seraient plus importantes à nos égos que le simple fait d'être en vie.

C'est un miracle que j'ai atteint quarante années de vie. Il y a quelques siècles, j'aurais été pisser derrière un bosquet à l'âge de 3 ans, et une meute de barbares ou une hyène affamée m'aurait dévoré sans que je m'y attende.
En ce domaine, les faibles ne sont pas des amoindris du coeur, non, ce sont ceux dont l'instinct de survie ne correspond pas à la vie qui nous est imposée depuis le début.
La buse fière et splendide est charognarde, mangeuse de morts.
Cette lionne, sans état d'âme, tue tout coeur battant pour faire vivre sa meute. Faibles ou enfants.
Un jour, j'ai pêché, autant dire tué, un brochet. J'y ai pris du plaisir. En l'évidant, s'y trouvait un autre brochet.
Par nature, nous tuons directement ou indirectement pour vivre.

Voilà qui soulève la notion d'intolérance tacitement sanglée à la Vie.
Quelle que soit notre alimentation, même la plus extrémiste en faveur de la vie, nous mangeons la vie pour vivre.

Le pari est impossible.
Moi, par exemple, je peux entendre quelqu'un siffler faux à des dizaines de mètres à la ronde.
Ma chair exprime dès lors une aversion incontrôlable.
Ca n'a pas de sens.
Intellectuellement, je voudrais être disposé à accueillir la liberté de tous. Même et surtout de pouvoir siffler faux, si c'est le moyen d'autrui d'exprimer son bonheur.

Il y a quelques années après une batterie de tests, Laure, ma psychologue, m'a invité à rencontrer des Asperger.
Ca m'a semblé outrageant.
Pourquoi alors que j'avais soulevé tant de moqueries, tant de stress insurmontables pour aller vers la société, aurais-je du revenir en arrière?
Voilà la moisissure qui me putréfie depuis son invitation.
Je n'avais rien compris.

Christophe
avatar
Messages : 229
Date d'inscription : 11/06/2013
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Il faut que ça sorte

le Dim 31 Aoû - 10:53
Arrow Message écrit en écoutant l’album « Foxtrot » de Genesis
Bienvenu Christophe.

Gramsci aurait probablement répondu que le pessimisme de la raison oblige à l’optimisme de la volonté.

Je partage ton aversion pour les dissonances. Les cris (même parfois simplement ceux des enfants qui jouent), le bruit en général, me font hérisser le poil.

Quoi que, j’apprécie les Beatles, même s’ils chantaient faux.

Et si j’en connais chaque respiration, Dulcinea m’arrache des larmes et me retourne les trippes à chaque fois que je l’entends.
Bien au-delà des paroles, la musique et le chant soulèvent en moi des sentiments et des sensations que je ne saurais décrire et où la douleur se mêle au plaisir.

Je crois que la musique est un refuge où notre imaginaire se transcende en accédant à la liberté dont il se nourrit pour nous offrir des sentiments et des émotions dont la réalité est exempte.

Probablement, au passif de chacun de nous, il y a des cadavres enfouis, des sentiments refoulés, des obstacles contournés pour avancer malgré tout.

Il nous échoit parfois de revenir en arrière sans qu’il s’agisse de régresser, pour comprendre et apprendre de nos échecs, cela demande beaucoup de courage que de remettre en cause des stratégies développées pour se protéger.

En tout cas, c’est un réel plaisir de te lire, ton écriture est remarquable.

Ludovic
Messages : 424
Date d'inscription : 09/04/2012
Age : 24
Localisation : deux-sèvres
Voir le profil de l'utilisateur

Re: Il faut que ça sorte

le Dim 31 Aoû - 14:47
Je rejoins Ludovic sut le plaisir de te lire.
Contenu sponsorisé

Re: Il faut que ça sorte

Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum