Rechercher
Résultats par :
Recherche avancée

Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
Messages : 108
Date d'inscription : 07/08/2010
Localisation : Var
Voir le profil de l'utilisateurhttp://autismepaca.wifeo.com

étude juillet 2010 reconnaissance des émotions et syndrome d'asperger

le Dim 15 Aoû - 14:02
Bonjour,

mon fils a participé à ces études et j'ai pu voir l'écran et visualiser son regard, toujours il part des détails de la photo avant d'arriver aux personnages :


Reconnaissance des émotions et syndrome d’Asperger

D. Da Fonseca, Corresponding Author Contact Information, b, E-mail The Corresponding Author and C. Deruelleb

a Service de pédopsychiatrie, centre ressources autisme PACA, hôpital Sainte-Marguerite, 270, boulevard Sainte-Marguerite, 13009 Marseille, France

b UMR 6193, institut des neurosciences cognitives de la Méditerranée, CNRS et université de la Méditerranée, 13009 Marseille, France

Available online 10 July 2010.

Résumé

Selon de nombreux auteurs, le trouble qualitatif des interactions sociales, caractéristique du syndrome d’Asperger, serait lié à une faible compréhension des informations émotionnelles. C’est dans ce cadre que nous avons réalisé trois études concernant la reconnaissance des émotions à partir des visages, des gestes et du contexte émotionnel. Dans une première étude, nous avons proposé des stimuli hybrides (procédure de dissociation fréquentielle des visages) à un groupe d’enfants Asperger (n = 17) et à un groupe d’enfants témoins. Les résultats révèlent que contrairement au groupe témoin, le groupe Asperger utilise préférentiellement les hautes fréquences qui véhiculent les informations sur les détails, ce qui confirme leur perception atypique des émotions faciales. Dans une deuxième étude, les sujets Asperger (n = 23) devaient identifier des gestes émotionnels décrits par des points lumineux en mouvement. Les données montrent que les sujets Asperger semblent ne pas traiter correctement l’information émotionnelle contenue dans la gestuelle corporelle. Enfin, dans une troisième étude, nous avons testé la capacité des enfants Asperger (n = 19) à identifier des émotions à partir d’informations provenant du contexte (i.e., scène visuelle).

Les résultats démontrent qu’ils ont plus de difficultés que les sujets témoins à inférer l’émotion d’un visage masqué en s’appuyant sur le contexte environnemental, alors qu’ils parviennent très bien à inférer l’identité d’un objet.

Toutes nos études vont dans le sens d’un déficit spécifique de la reconnaissance des émotions chez les sujets Asperger.

Ce déficit concerne non seulement la reconnaissance des visages mais également l’utilisation des indices non faciaux, tels que les gestes et le contexte.
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum