Partagez
Voir le sujet précédentAller en basVoir le sujet suivant
avatar
Messages : 8
Date d'inscription : 25/06/2011
Age : 33
Localisation : France - Sud
Voir le profil de l'utilisateur

Hansel présentation

le Sam 25 Juin - 21:28
Bonjour à tous Smile

J'ai vu de la lumière alors je me suis permis d'entrer...
Enfin je plaisante ^^

Je me suis inscrit sur ce forum, car j'ai trouvé que l'avoir crée est une initiative intéressante.
Je vais donc me présenter un peu en m'excusant d'avance, auprès de ceux qui n'aiment pas les longs posts Twisted Evil

J'ai appris vers l'âge de 19 ans environ que j'étais atteint du syndrome asperger (aujourd'hui j'ai bientôt 27 ans).

Je me souviens assez bien de mon enfance, de ce que j'éprouvais intérieurement surtout.
Il y a de nombreuses choses "étranges" qui se voyaient bien sûr et d'autres que je gardais secrètement en moi (comme certains tocs par exemple).
Tout d'abord, je parlais peu aux autres enfants.
Il m'arrivait même, de refuser de les voir (en criant s'il le fallait). Je n'supportais pas d'être touché ou que quelqu'un, s'adresse à moi sans que je ne m'y attende (pour moi c'était comme une agression).
J'étais la plupart du temps, dans mon monde. Et je n'aimais pas y être dérangé.
Je n'avais donc, aucun amis. De toute façon, les autres étaient violent avec moi et je ne ressentais pas le besoin d'être accompagné (même s'il m'arrivait d'être triste intérieurement en pensant à ça) .
Je pouvais restais des heures assis, dans mes pensées, mes rêves et toutes ces histoires que je me racontais en moi.. tout en me balançant en même temps.
Ce qui m'a bien sûr causé, de nombreux problèmes avec l'école, ma famille (complètement fermée à cela à l'époque... donc dans une incompréhension totale. On s'énervait même contre moi, pour résumer.).
Mais je me souviens cependant, que certains psys émettaient des suppositions, hypothèses
concernant l'autisme. Mais ça n'avait pas du tout été approfondi.
Je parle de ça, j'avais entre 3 et 8 ans environ donc c'est un peu flou dans ma mémoire.
Et il est évident, que je n'étais pas au courant de tout ce qui se disait sur moi.

Bref... j'ai continué d'évoluer dans ce type de comportement.
A l'école, je restais seul, même en court (j'étais le garçon assis au fond de la classe). Et je n'écoutais rien du tout.
Les institutrices ou professeurs, n'ont jamais réussi à capter mon attention. Pour moi l'école c'était une prison que je comparais souvent à une usine qui fabrique des robots...
J'étais en moi, tout simplement... et la plupart d'entre-eux (y compris ma famille) ont le plus souvent, pensé que je faisais exprès d'être ainsi. Allant parfois jusqu'à me ridiculiser devant toute la classe.
Ce qui arrangeait encore moins, mon degré de sociabilité et d'acceptation avec les autres.
Quand un prof de math vient vous traiter de débile en ricanant et rendant une copie, devant toute la classe... ça crée une réputation de débile mental qui fait le tour de l'établissement scolaire.

Je me suis habitué à vivre ainsi, tant bien que mal. Les quelques psychologues scolaires que l'école (ou collège), me forçait à voir... brillaient (et je pèse mes mots) par leur incompétence. A part une un jour, qui voulait m'envoyer dans une école spécialisée, par rapport à mon QI qu'elle trouvait plus élevé que la moyenne.
Cette école était loin est pas gratuite... vu le milieu social dans lequel j'ai grandi, c'était infaisable (de toute façon, elle n'était pas sûre à 100% que ce soit la solution adaptée à mon cas).
Niveau étude, j'ai redoublé plusieurs fois. A la fin de la 5ème, j'ai été orienté vers un pré-apprentissage.
Je me suis retrouvé dans un CFA de banlieue, relativement mal fréquenté et en internat.
J'ai passé la pire année scolaire de ma vie. Non pas par rapport aux cours car le niveau était simple (j'étais le premier d'la classe sans rien écouter du tout)... mais par rapport aux autres élèves avec qui ça ce passait très mal. C'était comparable à du harcèlement moral et sans cesse à la limite de la violence physique (mais quand les profs ont eux même peur des élèves... il n'y a pas grand chose à faire.).
Je ne montrait rien chez moi. On m'avait bien fait comprendre que c'était ma dernière chance d'obtenir le moindre petit diplôme et que sans cela, on ne saurait que faire de moi.
Alors j'essayais de faire comme si tout allait pour le mieux (dans le meilleur des mondes possible... ou pas).

Par la suite j'ai continué dans cette voie, mais dans un centre de formation ou je n'avais plus besoin d'être interne (J'sais plus trop comment j'avais réussi à changer de lieu... heureusement, j'étais plutôt malin), jusqu'à l'âge de 19 ans ou j'ai décidé d'arrêter.
A partir de là, j'ai décidé de me libérer un peu. je n'voulais plus qu'on choisisse
à ma place.
C'est cette même année que j'ai rencontré un psychologue (par hasard en fait... on est simplement devenu ami), qui à force de me côtoyer m'a expliqué ce qu'il pensait de moi et m'a demandé si j'étais d'accord pour approfondir cela avec lui.
C'est comme ça que j'ai appris ce qu'est le syndrome asperger. Je n'en avais jamais entendu parler.

Ceci n'est bien sûr qu'un résumé. Je ne suis pas rentré dans tous les détails,
cela prendrait beaucoup de temps (et puis certains faits restent personnel).
J'étais aussi un enfant très maladroit et rencontrais des problèmes de coordination
dans les mouvements.
Je prenais tout ce qu'on me disait au sens propre, même les expressions (ce n'est plus trop le cas aujourd'hui... j'aime justement jouer avec les différents degrés, je trouve ça marrant xD), ce qui faisait que les autres me prenaient pour le débile mental
de service.
Et je pense que j'oublie de citer d'autres "symptômes"... mais j'ai déjà beaucoup écrit là, alors je fatigue Cool

Aujourd'hui je vis seul. J'ai un comportement qui peut parfois paraitre étrange aux yeux des autres (voir irrespectueux, parce que je ne suis pas toujours d'humeur communicative on
va dire xD)... mais je suis habitué comme ça (j'ai des amis qui me compare souvent à "Lisbeth Salander" lol, c'est un personnage de romans et films, qui a un comportement un peu étrange... très similaire au mien). Je ne vois plus cela comme un problème.
Je supporte mal la foule, l'agitation, le bruit...alors je gère.
Les jours ou je me sent bien je sort et j'en profite pour voir des amis (j'avoue ne pas ressentir le besoin de les voir tous les jours) et les moments ou je ressent que non... je m'occupe de manière plus calme (Sauf dans le cadre du travail ou je m'efforce de respecter les horaires et autres obligations quotidiennes. Mais ça n'a pas été facile au début.).
Cependant, je suis quand même assez seul la plupart du temps. Même entouré de personnes, il y a une part de moi qui reste toujours seule... mais ça aussi, c'est devenue une habitude depuis l'temps.

J'ai des passions que je nourris depuis tout petit. Le chant (depuis l'âge de 6 ans), la lecture, la photographie, l'étude du comportement et caractère des gens (très jeune je me suis rendu compte que j'arrivais, par l'observation -malgré que j'ai l'air d'être dans la
lune la plupart du temps-, l'écoute ou autres petits détails... à comprendre comment fonctionne la personne en face de moi. Et c'est devenue une passion. J'ai beaucoup lu sur la psycho et le développement personnel pour approfondir ça justement.).
J'ai aussi toujours été intéressé par les univers fantastiques, mystérieux, les faits "étranges". Entre 15 et 18 ans, j'ai passé le plus clair de mon temps, le nez plongé dans des livres sur ce genre de sujets (le reste semblait ne pas vraiment exister autour de moi).
Par contre niveau mathématique... je suis extrêmement nul, lol (comme quoi, avoir un
QI un peu élevé ne donne pas systématiquement des prédispositions dans ce domaine).

Voila... je pense que ceci est déjà beaucoup pour une simple présentation.
Mais c'est toujours intéressant d'échanger sur ses expériences. enfin je crois ^^

Merci de m'avoir lu jusqu'au bout et à bientôt Smile
Voir le sujet précédentRevenir en hautVoir le sujet suivant
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum